Loading...

Mes données – tes données : savoir ce qui est important

Les données sont le « carburant » de la transformation numérique. Mais quelles données vous permettent vraiment d’aller de l’avant ? Le forum intralogistique a déjà fait un tri préalable pour vous.

D’une grande importance sont…

… les données qui rendent les processus reconnaissables en tant que systèmes avec temps ou état. Les méthodes d’analyse de données actuelles réduisent souvent le processus observé de telle manière à ce que la dépendance au temps peut être négligée. Ceci n’est pas efficace justement dans le domaine de l’intralogistique.

… les processus d’analyse de données qui correspondent aux exigences en temps réel. Ceci est indispensable si les systèmes techniques utilisés demandent de leur côté une réaction proche du temps réel.

… les données qui contribuent à développer de nouveaux modèles commerciaux basés sur les données et qui testent ceux-ci éventuellement rapidement avec des clients principaux. Ceci permet d’obtenir une excellente force d’innovation pour les solutions intralogistiques de demain.

… tous les chemins menant à l’intégration des données. Avec l’importance croissante du commerce en ligne, les exigences concernant le degré de mise en réseau, d’automatisation et d’intégration système augmentent également. Pour le développement de nouvelles solutions, la part informatique peut s’élever aujourd’hui déjà jusqu’à 50 %. Plus l’intégration des données est profonde, plus l’installation intralogistique est performante et efficace.

… les données qui permettent aux systèmes de transport agissant de manière autonome au sein de l’entreprise d’organiser leurs trajets eux-mêmes ou qui permettent aux entrepôts de reconnaître les rayonnages vides en temps réel et de les remplir. Cette exigence gagne de plus en plus en importance depuis que le commerce en ligne et l’automatisation accordent un rôle de plus en plus important aux marchandises emballées dans des cartons et donc aussi aux petits porteurs de charge. L’architecture de données doit être adaptée de manière ciblée à des chariots flexibles, de petite taille et à utilisation multi-fonctions pouvant se concerter idéalement de manière autonome pour déterminer lequel des chariots traite l’ordre de commande et en circulant sur quel trajet.

… les systèmes de sécurité performants pour toutes les données utiles au système et au processus. Les cybercriminels ne font pas de différence entre les données importantes et non importantes. Ils piratent tout ce qu’ils ont au bout des doigts : des données des clients et des collaborateurs jusqu’au « kidnapping » numérique des drones de livraison en passant par le contournement des dispositifs de sécurité et de contrôle. Et le vol numérique est rentable. Selon une analyse de l’entreprise de conseil en stratégie Oliver Wyman, la branche mondiale de la logistique risque déjà en 2020 environ six milliards d’euros de dommages suite à la cybercriminalité. Ceci englobe uniquement les coûts directs liés aux piratages et aux fuites de données. Les coûts indirects et à long terme, tels que les impacts sur la réputation ou les pertes de propriété intellectuelle, ne sont même pas pris en compte.

De moindre importance sont…

… les systèmes et/ou concepts fixes et non flexibles : ceux-ci vont perdre de plus en plus de terrain à l’avenir. Les systèmes pouvant être calibrés et pouvant réagir de manière flexible aux exigences changeantes sont de plus en plus demandés.

… la saisie de données à des fins personnelles. Personne n’a besoin de « cimetières de données ». Les outils pouvant juger intelligemment l’importance des données sont beaucoup plus demandés. Au final, l’important n’est pas d’avoir une différenciation de données, mais une différenciation dans les enseignements. L’intégration des données représente toujours la clé du succès.

… la focalisation exclusive des données sur la robotique. Il est très peu probable dans l’industrie 4.0 et la logistique 4.0 que les processus entièrement automatisés soient effectués uniquement par des robots. Les experts prévoient que les systèmes autonomes effectueront en grande partie des activités non créatrices et répétitives. Ils prévoient également un déplacement des activités humaines vers des tâches complexes dans des processus créateurs et/ou dans la planification, l’assurance et le contrôle de qualité. De plus, l’automatisation nécessitera davantage de spécialistes pour la maintenance, l’entretien et la remise en état.

… les analyses de données qui ne concernent qu’un seul canal de vente. Le commerce en ligne avance certes à grands pas, mais il ne remplace pas complètement les autres canaux de vente. L’omnichanneling est plus que jamais demandé. Si par exemple quelqu’un qui n’a fourni jusqu’à présent que des magasins souhaite désormais également proposer ses services à des clients finaux, la complexité augmente. Un centre de distribution et une architecture des processus pouvant réaliser les deux est alors nécessaire.